Le retour de la vengeance de la honte

Publié le par Nama

Jamais deux sans trois qu'il paraît.

Gagné.

 

Tout à l'heure, vers 14h du matin, j'ai entrepris de mettre la musique bien fort et de mettre du soin dans mes cheveux.

Oui j'ai une vie vraiment palpitante, je sais.

 

Tout se passait bien jusqu'à ce que la musique s'arrête brusquement.

Du fond de ma douche, en plein rinçage laborieux, je grommelle en me disant qu'il y a encore une couille dans le moisi.

Ça fait juste des mois que j'attends le passage d'un électricien suite à un dégât des eaux qui a tout moisi mon chez moi. J'attendais justement l'ouverture de la poste pour envoyer mon recommandé de fille très fâchée.

Bref, une fois sortie de la douche, je m'aperçois que c'est pas que dans la chambre que l'électricité est coupée.

Plus rien nulle part.

Nada.

Rien à essayer du côté du disjoncteur, le compteur ne tourne même plus...

 

Et bien entendu, j'ai fait des courses, le frigo est plein pour une fois. Bonjour salmonelle!

Ha oui, et j'ai plus de chiottes non plus tiens! Ça c'est la classe!

Et puis je vais très vite mourir de faim à ce rythme là.

 

Alors je farfouille pour trouver une vieille facture de nos amis d' EDF et j'appelle leur numéro dépannage. Après les messages de la voix de robots et d'attente d'usage, enfin, un être humain me répond.

 

Et là, le monsieur, il me pose la question conne. Celle que quand tu l'entends, tu te dis que t'es vraiment débile de pas y avoir pensé:

« Et la coupure, elle est que chez vous ou chez les voisins aussi?

_ Humm, ben comment, dire.. j'ai pas vérifié....

_Bon, ben allez sonner chez vos voisins quoi!

_ C'est à dire heuuu chuis à moitié à poual connard ouiiii d'accord...."

 

Et me voilà sur le palier, le portable à l'oreille, la serviette autour des nénés, donc à raz du dévouement et le cheveux dégoulinant, à semer des gouttes partout.

Évidemment, je comptais pas aller sonner chez mes voisins comme ça hein.

Je pensais éviter le truc en voyant si la lumière de l'escalier fonctionnait.

Et je me croyais bien maline.


 

 

Au moment où j'appuie sur la minuterie, s'ouvre la porte de mon voisin fantôme, celui qu'on sait qu'il existe mais qui est invisible depuis les 5 mois où il habite là.

Et dans le quart de seconde qui suit, s'ouvre la porte de l'autre voisin. Mais y'avait pas de voisin là!

Apparemment, le fils ingrat de la vieille dame partie en maison de retraite a investi les lieux.

 

Et il a décidé de sortir sur le palier à ce moment là, bien sûr.

En même temps que le voisin fantôme.

À l'instant où je suis preskapoil sur le palier.

 

Pour le coup, je l'ai eu eu ma réponse à la question de monsieur de l'EDF.

Oui, chez eux aussi, l'électricité était coupée.

Non, la minuterie ne s'est pas allumée.

Oui, j'ai poliment dit bonjour à mes deux nouveaux voisins.

Et non, je ne leur ai pas montré mon cul pour dire « à la prochaine » dignement.

 

Publié dans Hystérologie

Commenter cet article

connasseee 20/05/2008 17:08

ouuuh l'exib!! le mieux ça aurait été que le mec soit canon

Nama 21/05/2008 13:06


oui mais ça, ça n'arrive jamais dans la vraie vie réelle, des mecs canons direct sur ton palier...


WIll 13/05/2008 22:03

Benny Hill plutôt courses poursuites endiablées avec musique idoine, ou demoiselles aux formes généreuses et peu vêtues ?
Je me tâte...

(j'ai hésité à faire moi-même le gresse : je note qu'encore une fois mademoiselle est de bon goût. Bravo.)

Elienai 13/05/2008 17:21

Putain j'y crois pas, ça se ballade nichons dehors au supermarché, en bas à l'hôpital, à moitié à poil sur son palier, et ça veut pas pisser au bord d'une route déserte de campagne à 4h du mat'. N'importe quoi.

Nama 13/05/2008 19:32


toute la différence est dans la non préméditation
et je serai jamais assez bourrée pour pas faire exprès de pisser au bord d'une route déserte de campagne à 4h du mat' :p


carl 13/05/2008 10:12

veinarde oui!! ce sont de vraies aventures des temps modernes :)

Nama 13/05/2008 19:36


yeah appelle moi Indiana!


Will 13/05/2008 09:45

Oh, il te reste encore un peu de marge...
Quid de la serviette que tu ne parviens plus à retenir ? (devant les voisins, 'videmment).
Non, vraiment, encore un petit effort, et ce sera parfait !
(Ou tu aurais pû glisser aussi. Pieds mouillés, tout ça tout ça... Ou un cube qui traine. Le MÊME cube que la dernière fois tiens. Surgissant de nulle part, tel ta némésis personnelle. Oh oui, c'est bon ça coco, un vrai scénar de film d'horreur ! )
Pardon, je digresse.

Nama 13/05/2008 19:30


à chaque instant, je suis sur le fil: soit ma vie ressemble à bennyhill, soit ça bascule dans le film d'horreur absurde

"gresse"